1 janvier 2016

Toi, la b**ch du balcon

Ce que j'aurais aimé être quelques bancs vers la droite, ce soir-là.

J'aurais aimé que ma voix ait juste assez de portée, pour te faire voir à travers mes lunettes.

La chanteuse sur la scène a pris ma voix, plus tard, dans ses mots, dans ses paroles, pour te dire exactement le message que j'aurais aimé que tu comprennes.

Ton regard sur ma fille a été douloureux.
Le regard de TA fille a été un constant.
Tu élèves une b**ch de balcon tout comme toi.

Tu élèves une enfant qui ne tolère pas. Qui juge. Qui ne comprend pas. Qui n'aime pas que tout ne soit pas comme dans le monde blanc et vierge dans lequel tu sembles l'avoir emprisonnée.

Ne me dis pas que les enfants ne comprennent pas ces choses-là. Ne me dis pas que c'était des questions dans ses yeux.

J'en vois des enfants. Chaque jour. De partout. Et ceux que je connais apprennent à poser leurs questions au bon moment. Et les parents apprennent à leurs enfants que la vie n'est pas comme une bulle de perfection.

Tu as assisté à du bonheur. Ça semblait si difficile pour toi de voir que le bonheur des autres n'est pas comme le tien. D'ailleurs, sans même te connaître, il me semble que ta vie m'a semblé insipide à ce moment-là. Comme si tu vivais en noir et blanc.
Tu as payé 150$ et ce que tu as trouvé à regarder, c'est le bonheur des autres passer. Même ta fille a oublié d'être heureuse, l'as-tu seulement remarqué?

T'es la mère sur le bord de la track de train. Pis ta fille ose pas embarquer dedans non plus.
Tu fais bien, ça pourrait te mener à des endroits que tu ne connais pas, pis ça te ferait peur. Des endroits où la vie prend des airs d'arc-en-ciel. Des endroits où le bonheur, il n'est pas dans ta belle maison d'une ville huppée ou dans les beaux vêtements qu'il ne faut pas salir.

Tu crois que je te juge? Non. Je t'ai reconnue, seulement. J'en ai vu d'autres des comme toi. Des mères pour qui le paraître est si important. Des paillettes sur les robes d'enfant qui les empêchent de participer au bricolage. Des souliers vernis qui t'obligent à rester sur le bord du carré de sable à regarder les autres s'amuser. Tu magasines des vêtements de marque, tu commences à te plaindre des goûts coûteux de tes enfants alors que c'est toi qui remplissait ta Visa chez Souris Mini alors qu'ils se traînaient encore à 4 pattes. Ta maison est propre et toi, le soir, tu es épuisée.
Tu t'es pointée ce soir-là en oubliant les vraies affaires. Tu pensais pas te retrouver à la gare centrale, là où c'est la jungle. Tu as été surprise par la vie. Ta fille aussi.

Moi? J'ai été surprise par l'étonnamment bon spectacle que je croyais devoir endurer pour faire plaisir à ma fille.
Moi? J'ai été touchée par les lumières multicolores dans les yeux de ma fille alors qu'elle assistait à son moment préféré de sa vie.
Je l'ai vue. Je l'ai regardée. Des fois, j'ai oublié qui était sur la scène. Mon spectacle était assis à la première rangée du balcon. C'était mon 150$ à moi. Je l'ai rentabilisée en tabarouette!

Pis quand je t'ai vue, émue, alors que la chanteuse entamait sa chanson qui s'appelle "Différents", j'ai pas eu envie de me dire que tu venais peut-être de comprendre.
Parce que moi, j'ai pleuré. Parce que moi, je sais. Toi, tu sais pas.

J'espère que la vie te l'apprendra avant que ta fille pense que ton monde, c'est vraiment comme ça que la vie devrait être.
Parce qu'elle manque le train. Pis elle manque le show.

Pis que tu gâches le bonheur des gens, avec ton monde de verre.
Pis que ma fille qui me dit "maman, les gens me regardaient bizarre, comme si j'étais nounoune"... Ben tu gâches ma ride de train.
Ce que j'aurais aimé être juste quelques bancs plus vers la droite. Pour te siffler ma locomotive dans les oreilles pis te dire de t'ouvrir les yeux avant que ta puce de 5 ans croit plus à tes histoires qu'au Père Noël.
Il ne sera pas nécessairement trop tard pour elle. Mais il sera trop tard pour le dommage que vous aurez causé.

http://www.repertoiredesartistesquebecois.org/Paroles.asp?art=746

Essayez donc d'aller écouter ça sans pleurer, maintenant.

Titre de la chanson : : Différents 
De : Marie-Mai
Elle a des ailes, un cœur prudent
Elle aura le monde au bon moment
Elle marchera seule en attendant.
C'est le dernier au bout du rang
De jour en jour un autre pas devant
Il sera premier quand viendra le temps.

Ils sont toi et moi.
Les ailes déployées dans le vent
Et tous aussi différents.
Ils sont toi et moi
A la quête des rêves les plus grands
Et tous aussi importants.
Ils sont toi et moi.

Toute une vie à raconter
Elle écrit sur des bouts de papiers
J'en tairais son histoire au monde entier.

Ils sont toi et moi.
Les ailes déployées dans le vent
Et tous aussi différents.
Ils sont toi et moi
À la quête des rêves les plus grands
Et tous aussi importants.
Ils sont toi et moi.

(Ohohohoh)

Ils sont toi et moi
Les ailes déployées dans le vent
Et tous aussi différents.
Ils sont toi et moi
À la quête des rêves les plus grands
Et tous aussi importants.
Ils sont toi et moi.

Toi et moi
Toi et moi ...

4 commentaires:

Cora Chelté a dit...

Ton texte est extraordinaire, poignant, troublant...
Plus que celui de cette chanteuse encore.
Car toi, tu sais.
Continue de le crier pour qu'on sache nous aussi.
Car savoir, c'est un pas vers comprendre.
Bravo!

Silverstorn a dit...

Pour acheter votre produit
doudoune femme capuche fourrure noir pas cher, et profiter des meilleurs prix

Silverstorn a dit...

Pour acheter votre produit

doudoune cuir femme pas cher, et profiter des meilleurs prix

Silverstorn a dit...

Pour acheter votre produit

doudoune fourrure pas cher, et profiter des meilleurs prix