1 février 2006

Retour en arrière...

Reculons dans le temps...
Y'a eu un mois hier, ma maman est décédée...
y'a eu un mois, hier, j'ai perdu la femme la plus importante dans ma vie, la personne que j'aimais depuis le plus longtemps et le plus...

Je suis fatiguée de jouer à l'autruche... de me convaincre que ma maman voit tout ce qui se passe, qu'elle est mieux maintenant, qu'elle ne souffre plus...

Ma mère a pris des décisions dans sa vie avec lesquelles je n'étais (et ne suis toujours pas d'ailleurs!) d'accord... Soit... Je lui ai souvent dit, mais jamais jugée pour, et j'ai toujours respecté ses décisions... en me disant qu'elle était maître de sa vie et que son bonheur, elle en était responsable.
Aujourd'hui, ses décisions si controversées dans ma tête de fille de 2 générations plus tard (ma mère m'a eu tard..!) me retombent sur le coco. Je dois gérer ses décisions avec lesquelles je n'étais pas d'accord, et gérer les gens qui sont concernés par ces dites décisions... Et je trouve ça difficile..

Je trouve ça difficile de gérer mon deuil sans prendre le temps de le faire.. de ne parler de ma mère que lorsque je dois prendre rendez-vous (toujours reporté d'ailleurs) avec sa fameuse notaire, que je dois gérer le dossier de son assurance-vie à M****, que je dois m'assurer que tout est fait selon la loi et non selon mon père... de ne parler d'elle qu'en terme de comptes, de biens, d'assurance, de testament ou de cartes à retourner.

Je m'enlise.. et j'essaie TRÈS FORT de donner l'impression de tout contrôler.. en apparence, tout va bien.. d'ailleurs, pourquoi ça n'irait pas.. le fait de déprimer ne me ramènera pas ma mère... Rien ne le fera...

J'ai perdu quelque chose.. quelqu'un en fait, mais qui représentait quelque chose dans ma vie. Je ne me sens plus la même.. je me sens souvent étrangère dans une vie qui elle, est exactement la même qu'avant son départ.. je fonctionne au radar.. m'assure quotidiennement que la maison resplendit.. fait du ménage dans des endroits insoupçonnés même de mon chum qui les côtoie quotidiennement...

Je suis aussi présentement dans presque le plus gros dilemme de ma vie... Je n'en peux plus de la diète pour les allergies de Raphaël.. dans d'autres circonstances, j'aurais tenu le coup très facilement... ces temps-ci, je ressens le besoin de me réconforter et comble de malheur, la bouffe est parfois ma seule alliée dans ce dossier... Les rages se font de plus en plus pressantes... une salade de petites crevettes sur salade Boston... un bon gâteau Volcano de chez St-Hubert... un bon fromage Brie avec une crêpe au jambon et aux asperges... une poutine (oui oui!! POUTINE!!)... Du parmesan sur mes pâtes... du cheddar sur mes craquelins.. du yogourt dans mon fouetté aux bananes... du lait dans mes céréales.. un verre de lait avec des biscuits aux pépites de chocolat... du Gouda dans une poitrine de poulet farci... du bon sur mon mauvais.. de la douceur sur mes douleurs...

C'est nono.. je sais.. mais.. mon corps réclame ce qu'il ne peut avoir, tout comme mon coeur réclame ce qui lui est désormais inaccesible.. la voix de ma maman, ses conseils, ses jasettes, ses histoires usées, ses petits mots gentils volés à son coeur meurtri par la vie...

Et en même temps... c'est mon fils... ça me fait du bien, encore, ce contact avec lui.. j'ai besoin de lui.. c'est mon fil qui me relie à la vie.. il a besoin de moi... je ne peux pas disparaître, je ne peux pas abandonner tant qu'il compte sur moi...

La tentation est forte, ma volonté ramollit.. et la perfectionniste en moi reprend du service et se dit que lâcher serait un échec, se culpabilise d'y penser et se torture de refuser d'y céder...

Vous voyez le portrait............ :S

5 commentaires:

Ysa_la_tite_mere a dit...

Prends soin de toi ma belle... Tsé, la succession, elle peut attendre. Je ne veux pas te décourager, mais quand mon père est mort, ça m'a pris 2 ans à en venir à bout de la maudite succession, chaque fois que je croyais que tout était réglé, une autre affaire me sautait dans la face. Alors prends ça une chose à la fois et n'essaie pas nécessairement de tout contrôler, de tout régler en vitesse, parce que tu risques d'avoir des surprises un peu désagréables... ce que je ne te souhaite évidemment pas. Et vis-le ton deuil, c'est vraiment primordial. Qu'importe la façon, regarder des photos d'elle, parler d'elle avec ton père, je ne sais pas, n'importe quoi.

Et pour le reste, eh bien ce n'est certainement pas moi qui va te conseiller de cesser d'allaiter, ni qui te jugera d'ailleurs si tu arrêtes, loin de là. Par contre, une petite journée de biberons pour te permettre une orgie de poutine, tu penses pas que ça te ferais du bien? Une petite journée de break qui pourrais te permettre au bout du compte de continuer plutôt que d'arrêter complètement parce que tu es frustrée.
Enfin, tu fais ce qui te semble le mieux pour toi. Mais, d'une façon ou d'une autre, ne pense pas que tu abandonnes ton fils... c'est loin d'être le cas.
Câlins xxx

tigrou a dit...

le problème, c'est que si je ''triche'' à ce point, ça peut prendre 1 semaine avant que mon fils s'en ''remette''...
j'ai juste semi-triché l'autre fois en prenant un petit morceau de gâteau au chocolat au resto (première fois depuis 3 mois et demi que je trichais, tout de même!! je lis TOUTES les listes...) et ça a été un bon 3 jours difficiles ensuite...
Donc une journée biberon (first il accepte pas le biberon de lait maternisé, du hypoallergène ça goûte BEURK!) me vaudrait une semaine ou deux désastreuses par la suite...

Et y'a des théories qui disent que si l'allergène est complètement éliminé, l'allergie peut se résorber, plus que s'il est encore présent.. je me sentirais ben mal de risquer qu'il ait son allergie plus longtemps à cause de mes rages...

Merci de ton mot miss.. t'as raison.. la succession, c'est long.. je voudrais tout rusher pour m'en ''débarasser'' et passer à autre chose, je me rends compte que ça marche pas comme ça... :(

Merci à toi de ton non-jugement....

Kay ;-) a dit...

je sais que c'est pas facile.....tu as 2 choix...esseyer fort fort et perseverer pour que Raph finisse par accepter le lait dégeu....s'il existe, ca doit etre que les enfants finissent par y arriver....la plupart ont d'ailleurs commencé par se tirer du lait et le mélanger graduellement....si cette option n'en est pas une pour toi....je t'encourage ma belle...encore....évidement, je doute que tu l'allaites jusqu'a 4 ans...qu'elles seront tes options jusque la? peut etre que de répondre a ces questions t'aidera a choisir la bonne chose....
tu viendras peut etre a ne pas avoir le choix de lui donner ce lait....a moins que tu tentes le lait de soya...il y a ca aussi....
Enfin...que de question...sans réponse.....
quoi dire.....une journée a la fois hein?
xxx

Marie-Lune a dit...

Ah les frustrations..Quand elles reviennent et qu'elle refont surface...C'est vraiment pas facile..Tu donnes le meilleur de toi-même à ton petit amour et je trouve ça fantastique que tu te donnes à ce point-là...Quoi que tu dises, quoi que tu en penses, quoi que tu fasses...parce que je sais ce que tu vas me répondre:''C'est normal que je le fasse, c'est mon enfant, j'ai pas le choix'' ben oui, tu l'aurais le choix, plusieurs mamans ne se seraient pas 'privé' autant que toi tu le fais pour ton bébé et moi, c'est ça que j'admire chez toi...ta persévérence, ta capacité d'accepter les choses qui sont difficiles malgré tout...malgré les frustrations, les rages de 'bouffes'...mais comme dit Kay, tu ne l'allaiteras pas jusqu'à ses 4 ans...Alors, un jour, dans quelques mois, tu pourras te permettre de manger ses bonnes choses que tu aimes tant et que ça fait si longtemps que tu n'as pas mangé...Et j'aime ta phrase:''du bon sur mon mauvais.. de la douceur sur mes douleurs...''Ah..je t'en souhaite ma belle...Une petite douceur pour ton coeur qui pleure...

xxx

Sublime a dit...

C'est surement la chose la plus difficile que de perdre une personne proche.
J'espère que pour toi tout ces comptes et autres tracas seront vite terminés et que tu puisse faire ton deuil pour de vrai.