15 juillet 2009

J'aimerais, parfois...

J'aimerais, parfois (ou souvent...)

-Arrêter au McDo manger de la "junk" vite fait, enfants heureux, vaisselle inexistante, lors d'une journée occupée ou quand les commissions prennent plus de temps que prévu et empiètent sur l'heure du dîner.

-Faire l'épicerie et prendre ce qui me plaît, sans rien lire et rien analyser.

-Laisser fiston goûter à ce que je mange, sans me soucier de savoir si je l'ai contaminé ou si j'ai bien lu l'étiquette.

-Avoir des rendez-vous qui ne reviennent qu'une ou deux fois dans l'année, pas hebdomadairement.

-Manger des repas tout faits, parfois, par d'autres que moi.

-Dîner chez des amis, sans devoir les harceler entre leur comptoir et leur frigo.

-Décider, à la dernière minute, d'aller manger au restaurant et choisir celui qui nous plaît, pas seulement CELUI qui offre un menu sans allergène.

-Aller souper avec des amies le samedi soir.

-N'avoir QUE des craintes normales de savoir ma grande fille à l'école.

-Magasiner les effets scolaires juste pour le plaisir et la beauté de chaque cossin, sans me demander si ce sera facile à ouvrir, facilement manipulable, incassable, que ça ne sera pas renversé, défoncé, émietté.....

-Inscrire mon fils à la garderie à temps partiel, juste pour lui éviter de suivre la parade des nombreux rendez-vous de fillette.

-Laisser mes enfants à une petite gardienne et me foutre de savoir qu'elle grignote toute la soirée ce qu'elle veut sur le divan.

-Surveiller à chaque repas à l'extérieur de la maison tout ce qui se passe, pour éviter le couteau de beurre dans la margarine, la main préalablement voleuse de chips dans le plat de concombres et la mauvaise viande froide dans la grande assiette du buffet.

-Avoir laissé tout blanc l'espace, dans le questionnaire scolaire, concernant les visites et évaluations multiples qu'a subi fillette.

-Être convaincue que ma grande sait que je suis tout aussi fière d'elle que de son frère, même si elle ne réussit pas tout ce qu'il fait.

-Toujours entendre rire dans la maison, entendre les mises en scène époustouflantes de mes deux enfants à l'imagination débordante, voir les câlins qu'ils se font, parfois même en cachette.

-Voir mes amies plus souvent, plus longtemps, organiser des journées, des activités, des sorties.

-Que ce soit chacun notre soir à faire la vaisselle, ou le bain, ou la balayeuse, ou l'époussetage...

-Passer 2-3 jours toute seule, maximum aux 2-3 mois, question de me ressourcer pour le reste du temps où je fais la même chose 24h sur 24.

-Voir moins de rose sur mon calendrier de planification familiale, plus de orange et beaucoup de rouge! (rose: Mélina, orange: familial, rouge: événement spécial)

-Que les banques nous disent parfois: on comprend madame, c'est vrai que l'argent est toujours déposé le premier et on ne vous chargera pas 120$ parce que le gouvernement a traîné.

-Avoir juste un pot de lait dans le frigo.

-Me payer un weekend juste de filles, de grandes filles.. à papoter, boire du rosé, manger des crevettes et des sushis, et se faire bronzer sur le bord d'une piscine chauffée.

J'aimerais, parfois, avoir une vie bien différente.
Je me sens souvent confinée, par la force des choses, à une certaine routine.
Le pire dans tout ça? Je ne changerais ma place avec personne. Parce que ça me priverait malgré tout de ce que j'aime le plus!!
Mes enfants, mon chum, mes amies......
Jamais je ne dirai que je n'ai pas une vie "normale"... mais pour bien des raisons, je n'ai pas une vie "comme les autres".. c'est parfois lourd, mais c'est la mienne.... :)

5 commentaires:

Hop mama a dit...

Aaaah que je te comprends! Tes 2 derniers post m'interpellent vraiment beaucoup... «J'aimerais, parfois...», bien souvent moi aussi ;O)

Francofun a dit...

Moi aussi, "j'aimerais parfois"... changer de place avec des "dink" - double income no kids... mais il me manquerait une immense partie de moi... Celle qui a le plus façonné la femme que je suis aujourd'hui...

Mais faut s'évader de la routine parfois, seule ou en couple... on devrait partir un week-end ensemble - qu'en dis-tu?

Pour le rosé, les sushis et les crevettes, la piscine, ça peut s'arranger, de même que pour un dîner sans harceler la copine entre le comptoir et le frigo... aut juste s'organiser, Mlle B.!

tigrou a dit...

c'est toi que j'avais en tête, Franco, quand je parlais d'un weekend .... parce que malgré tout, en bout de ligne et malgré les chemins de la vie (oh que c'est poète)... reste que t'es celle qui, souvent, me ressemble le plus.
et que j'aurais pas peur que passer 48h avec moi te ferait déguerpir... on en a vu passer, toi et moi, hein!! pas sûre que j'ai ben ben des amies qui sauraient à quoi s'attendre...!!! haha

c'est vrai par contre que je ne changerais pas de place. jamais. pas après avoir connu ce que j'ai de plus précieux.
Faire autrement, ça voudrait aussi dire faire sans eux. Et qu'est-ce que je manquerais le plus beau voyage, .........

Mamanbooh a dit...

Criant de vérité, de beauté et d'amour...

Ça commence un peu comme ce que j'ai moi-même écrit aujourd'hui, mais sur une note plus joyeuse et optimiste et la conclusion est très belle et touchante.

J'ai commencé à acheter les effets scolaires en ayant les mêmes préoccupation et le rose est aussi pour les r.v. de ma cocotte !?! :-)

Je vais aller me coucher en me sentant moins seule et en continuant à penser à ton texte.
"Exit" la déprime! Merci...

Anonyme a dit...

Vient t'en cocotte qu'on se bichonne un peu!!!

Tres bientot escapade a Qc / pyjama / sushi et Spa!

xxx

lâche pas

Kay