27 août 2009

Quand on sait....

En juillet 2008, notre vie a basculé.
En novembre 2003, nous avons mis au monde la plus merveilleuse des petites filles, l'aînée de nos enfants, la perle de nos yeux et le trésor de nos vies.
Cette princesse deviendra aussi notre plus grand défi personnel et familial, avec les années.
Juillet 2008, nous avons mis les pieds dans le monde d'à côté. Celui des familles "différentes" de la norme.
Raphaël, de par ses allergies alimentaires, avait déjà causé de multiples ajustements dans notre routine familiale.
Nos problèmes de maison et financiers, la mort de ma mère, la dépression/tendance suicidaire de mon père, la perte d'emploi de mon chum au printemps, tout cela et encore plus a mis à rude épreuve notre couple.

Mais nos enfants et notre amour ont eu raison de tout ça. Nous sommes restés une famille hors-norme et avons cogné à la porte d'un groupe "select" de gens qui comprendront ce que veut dire le mot "différent".

Notre fille a un handicap. Le mot nous est resté en travers de la gorge longtemps mais ce n'est ni une maladie, ni un virus, ni un trait de caractère.
Outre sa petite personne merveilleuse et éblouissante, Mélina est aussi une enfant dyspraxique.
La dyspraxie est invisible. On la voit et on sent qu'elle est différente. Mais à prime abord, elle est une enfant qui aime jouer, qui rit, qui chante, qui danse...
Mais elle se bat constamment pour arriver à mener sa vie comme une enfant de 5 ans. Son corps ne l'écoute pas.
La dyspraxie est un trouble du "comment faire". Les messages que son cerveau envoie à son corps se perdent en chemin. Plus elle vieillit, plus les mouvements au quotidien se compliquent et son handicap paraît.

Mélina est pleine de bonne volonté, elle travaille fort, elle est motivée et courageuse. Mais elle n'arrive pas à faire ce que les enfants de 5 ans font. Pédaler à 2 roues, se promener sur des barreaux horizontaux, nager, courir vite, sauter d'une chaise, tracer des ronds, ouvrir une attache de sac d'école, mettre ses bas à l'endroit, brosser toutes ses dents, ..

Ma doudoune commence l'école la semaine prochaine. L'écart se creusera certainement rapidement.
Elle aura une accompagnante 4 heures par semaine, le reste du temps, elle devra tenter de suivre un rythme trop rapide pour elle. Elle devra faire face à des obstacles aussi banals que d'ouvrir ses contenants de lunch, ranger ses effets dans son pupitre, s'habiller pour la récréation.

Je ne laisserai pas l'école avoir raison du sourire et de la soif d'apprendre de ma fille.
Étant éducatrice spécialisée de métier, je sais ce qui l'attend. J'ai confiance en elle et je lui laisse sa chance. Mais j'ai assez confiance en elle pour savoir aussi que même si l'école régulière ne l'amène pas où elle veut et peut aller, elle y arrivera quand même. Avec moi, avec nous.

L'école à la maison sera fort probablement une partie de notre quotidien, d'ici un an ou deux. Progresser à son rythme, en comprenant ses difficultés, en encourageant ses forces. En gardant sa motivation! Son désir d'apprendre. Sa confiance en elle.

Je participe à un concours et j'y sollicite votre aide. Avec cet argent, je ferai de mon bureau une salle de classe pour l'aider à progresser. Avec de l'ergothérapie et de l'orthophonie chaque semaine, j'ai de la thérapie à faire à la maison aussi. Je veux l'accompagner dans sa scolarité, autant parallèle à l'école que celle qu'on fera au complet ici.

Merci de votre aide!!! (c'est pas de la pitié qu'on cherche... ;) on ne fait pas pitié, si vous voyiez comment les enfants sont pleins de bonheur et de joie de vivre, on n'est pas à plaindre!!!
On garde la tête haute et on fonce devant... en soufflant très fort pour que le vent vire, enfin!

Vous pouvez voter une seule fois par jour avec un seul courriel. Il faut s'inscrire, mais ensuite, ça prend 20 secondes.
Voici le lien, je suis en tête de la liste francophone. (Berthiaume).

3 commentaires:

Mamanbooh a dit...

Ti-Grou, est-ce qu'on peut voter même si on n'est oas sur Facebook?
J'ai essayer la semaine passée et je n'ai pas été capable... Pourtant, j'aimerais bien t'encourager, à tous le sjours, toujours!

Ton texte est beau et il me touche particulièrement...

Dyspraxiqu'solidairement, juliex

Anonyme a dit...

VIOLENCES+VOL :

Ceci est une tentative de gros scandale public bien gênant et qui limite étonnement les pressions qu'on peut subir, tant j'ai dû mal à trouver un avocat malgré mes efforts, afin de régler ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires, ce que je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables des renseignements : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat - difficile à trouver pour un simple citoyen mais on insiste - pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n'a mobilisé personne sur le web ou dans la presse, actes de violence et pressions à mon égard et plagiat, par une grosse pétasse, vulgaire et ridicule et qui passe à la télé, ” comme si de rien n'était ”, de mes petits textes web.

Quant a sarkozy, s'il n'aime pas le web, et s'il n'aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu'il la quitte !

PS- Bien évidemment, s'il s'agit de calomnies, et qu'en plus on trouve désagréable de se faire insulter, il ne faut surtout pas hésiter à porter plainte en retour. BLOG ETC - nina


-----------------------
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse IP (86.194.233.227) sera archivée.

Marie l'urbaine a dit...

Je viens de voter ! :)