1 mars 2008

L'horloge.....


J'ai souvent entendu parler de l'horloge biologique...
On m'a souvent dit que le désir d'Avoir des enfants, chez la femme en tous cas, était très hormonal.
Du plus loin que je me rappelle, j'ai voulu être une maman. Je ne m'étais jamais questionnée sur le comment de la chose (pourtant, ma soeur est adoptée et je suis familière avec le concept depuis mon plus jeune âge, mais jamais cette question n'avait été posée à mon utérus!), ni sur le nombre, d'Enfants voulus.
J'En voulais préférablement au moins 2, ayant été élevée pratiquement comme une enfant unique à cause de la trop grande différence d'âge d'avec ma soeur!
Mais plus? je n'y ai jamais vraiment réfléchi. Jusqu'à maintenant. En fait, après la naissance et les premiers mois de Raphaël, ma décision était prise. C'était tout. Naissance compliquée, début de vie compliqué. J'avais perdu goût.
Jusqu'à la mort de ma mère, 8 mois après la naissance de Raphaël, ma décision était sans équivoque. Non. Quand ma mère a été hospitalisée et lors de son décès un mois après son entrée à l'hôpital, j'ai dû tout gérer seule. Gérer ma mère et mon père et mon propre deuil. En plus de m'occuper de ma petite famille, de mon fils allaité, de la diète pour ses allergies, de ma fille en plein "terrible two". Mon chum, malgré ses horaires chargés, a su bien m'épauler. Mais reste que c'était mes parents à moi. Mon deuil de ma maman. C'est sur moi que mon père comptait, c'est à moi qu'est revenue la lourde tâche de l'héritage, funérailles, succession, et tout....
J'ai regretté d'avoir été seule là-dedans. Ma soeur n'a que peu de contacts avec la famille, ne s'est pas présentée ni à l'hôpital ni aux funérailles. L'expression 'enfant unique', je le vis au quotidien depuis plusieurs années.
Depuis son décès, je me surprends parfois à penser que deux, ce n'est pas assez. Deux, ça ne laisse pas une grande marge de manoeuvre. Un accident, un enfant rebelle, une job dans un autre pays, des circonstances.. et rapidement, il n'y en a qu'un seul sur qui on peut compter.

Ma vision de maman, de mèche avec ma vision de fille qui sait qu'un jour, tout ce chemin sera à refaire pour mon père, se dit que deux, ce n'est pas assez.

Mais.. mon horloge n'a pas resonnée!
Il me prend parfois des envies, plus souvent depuis quelques semaines.. mais jamais le petit serrement au ventre que je ressentais autrefois à la vue d'un beau ventre rond, ou d'un tout petit bébé. Évidemment que je suis prompte à avoir envie de prendre les bébés des autres ou à m'attendrir lors de l'annonce d'une grossesse ou d'un accouchement... mais plus autant.

Ma planification familiale me dit d'en faire 2 autres dans quelques années.... (mon budget est moins d'accord, remarquez!!)
Mais mon horloge se tait. Silence. Elle fait tic tic, parfois, quand la vie la brasse un peu trop. Mais elle arrête. Toujours.

J'attends. Lorsqu'elle sonnera les douze coups de minuit, je saurai.

2 commentaires:

Cherry a dit...

c'est étrange... la mienne aussi, mon horloge, a tendance a "ticter" à l'occasion. Elle me fait un peu peur même, ma planification familial en a pour son compte... mais si jamais.... elle sonnait minuit ? comment je pourrai l'arrêter.....

Francofun a dit...

L'horloge arrête-t-elle un jour de complètement faire tic-tac?

Ici, la décision biologique est prise - ça s'arrêtera à quatre. Mon utérus est vraiiiiiment d'accord.

Si l'envie d'en avoir un 5e et peut-être un 6e nous prend un jour, nous nous tournerons vers l'adoption...

Tu sais, des fois, deux c'est pas assez, mais des fois, ça peut aussi être trop. Le nombre idéal n'existe pas et il est propre à chaque couple/famille...

T'es jeune encore, laisse-toi le temps d'y penser!