3 février 2011

Du temps libre

Suite à ce billet de La Mère Blogue, sur les 90 minutes moyennes de temps libres des parents québécois, ça m'amène à réfléchir à MON temps libre.

Je ne pourrais pas faire partie des statistiques de cet article, je ne travaille qu'à temps partiel.

Mais 90 minutes par jour, je trouve ça déjà très bien. Je m'attendais à une moyenne franchement plus faible.

En lisant l'article, on réalise que ces gens considèrent par contre qu'ils manquent de temps avec leurs enfants, manquent de temps pour lire, regarder la télé, etc.

Alors, ce 90 minutes, il se situe OÙ?
C'est à coup de 5 minutes qu'on en arrive à 90?
Parce que 90 minutes, par exemple le soir, ça laisse du temps pour lire. Regarder la télé. Voir une amie pour un café.

Je ne saisis pas bien, je crois.
Et si, certains soirs pour pallier au manque ressenti, on attendait que les enfants soient couchés pour faire la vaisselle et les lunchs, après le souper? Ça laisserait du temps en famille?

Je sais que le soir, au retour du travail, il y a les devoirs, les leçons, le repas, le lavage, un peu de ramassage, les retours d'appels, les papiers à signer pour la veille, le conjoint à écouter, le chien à sortir, les poubelles à mettre au chemin, alouette! Ça en fait beaucoup pour quelques heures seulement. Mais si on arrive à 90 minutes de temps libre, c'est que tout finit par se faire et par se terminer avant 23h, non?

Et si on changeait notre définition de "libre". Plusieurs personnes considèrent que du temps libre, c'est lorsque tout le reste est terminé. Que ça nous laisse libre d'occuper notre temps comme on le veut. Et si on se donnait ce droit, même si tout n'est pas terminé?

Quand on travaille, souvent, on a une heure de lunch. Si on la considérait comme du temps libre? On peut placoter avec les collègues, appeler une amie ou sa mère, aller prendre une marche, lire une revue en mangeant, prendre un café en écoutant de la musique dans son IPod.
Et si on considérait le temps "obligé" dans la voiture ou l'autobus comme du temps libre, aussi? Écouter la musique qu'on veut, la radio, un livre-audio, feuilleter une revue (bon, bien sûr, pas en conduisant, on parle aussi de transport en commun là!). Regarder le paysage passer. Écouter le PRESQUE silence.

Il faut se trouver des façons de rentabiliser des moments. Du temps à soi RIEN QUE pour soi, c'est plutôt rare dans une vie de parent. Mais je crois que même dans le brouhaha du quotidien, il y a moyen de trouver du temps où on fait quelque chose qu'on apprécie. Sans se sentir obligée de le faire. On est obligées d'endurer le traffic, mais on a le choix (limité, mais le choix quand même) de ce qu'on fait pendant qu'on est dedans, non?

Suffit de voir le verre à moitié plein, plutôt qu'à moitié vide...

3 commentaires:

Hélène a dit...

Et voilà !! Tout est dit ! ;)

Maman à bord a dit...

Je suis bien d'accord avec toi!

Francofun a dit...

Hum... le temps "libre" quelle belle notion tout à fait relative lol!