13 janvier 2008

Jugement...

En éduquant mes enfants, j'essaie évidemment de leur transmettre de bonnes valeurs. J'essaie aussi qu'il sache bien réfléchir, bien assumer la conséquence de leurs actes. J'essaie tout aussi fort qu'ils deviennent des gens bien, dans leur vie personnelle comme dans leur vie sociale. Pour cela, il faut savoir bien se comporter dans la société.

En général, ça leur réussit bien. Très rares les crises en public. Ils sont patients, bien élevés, disent merci et SVP. Ne quémandent rien qu'ils savent qu'ils n'auront pas, ne s'offusquent pas du moindre non et prennent plaisir à me suivre dans mes sorties.

Un trait, qui vient à la majorité des enfants, c'est de dire tout. Tout, tout ce qui ne devrait pas être dit aussi.
Et je ne sais pas si dans ma technique de leur apprendre à être poli, je ne suis pas en train d'aller à l'encontre d'un autre principe que j'essaie de leur apprendre, le respect et l'estime de soi.

Ma fille, de temps en temps, remarque les gens qui ont un surplus de poids et me le renote. Un petit bedon ou un gros, pour elle, c'est du pareil au même.... fort probable qu'elle ait choqué, quelques fois.
"Egade maman.. le monsieur est gwô... gwô gwô gwô"...

Je ne la chicane pas de dire ça. Elle énonce une observation, pour elle, bien plus qu'un jugement. Mais c'est impoli. Et je ne veux pas qu'on catégorise les gens en "gros" et "pas gros". Je ne juge pas les gens, je viens d'une famille où l'obésité était présente et je n'en ai jamais fait de cas.
Mais.. si pour elle ce n'est pas un jugement, mais une simple observation, comment lui expliquer que ce sont des choses qui ne se disent pas. Comme je lui dirais de ne pas renoter si on rencontrait un ado en crise d'acné, ou un handicapé. Je veux leur apprendre que la différence, ce n'est pas "mal". Mais à cause du "bien paraître en public", j'ai l'impression de la brimer . De lui dire qu'on ne dit pas ça que le monsieur est gros, c'est de lui dire, en quelque sorte, que c'est mal d'être gros?

Je leur apprends à s'aimer comme ils sont, avec leurs forces et leurs faiblesses. Mais aussi avec leurs différences. Et je veux qu'ils acceptent la différence. Je n'empêcherais pas ma fille de dire "regarde maman, la madame a les cheveux blonds".... mais ça choque si elle dit que le monsieur est gros....

Je ne veux pas que ses réflexions blessent les gens. Que ce soit sur la grosseur, la beauté, la grandeur, peu importe..... Tout le monde mérite de s'aimer et d'être aimé.... peu importe le handicap, la cicatrice, la différence ou la maladie............
Difficile de lui apprendre les deux en même temps........ sur la même anecdote........

1 commentaire:

pingouin04 a dit...

Ouais j'avoue que c'est pas évident comme situation. Ça m'fait penser la première fois que j'ai vu une dame de race noire dans le bus à Mtl. J'avais dis à ma mère que la madame "était donc ben sale". lollllllll Ouais, ma mère a ramé en titi pour m'expliquer tout le kit mais au moins, la dame avait trouvé ça bien drôle.