23 septembre 2010

Enfants et mort.

Non, cette fois, je ne vous parlerai pas de la mort de mes enfants qui me fout la trouille.

Mes enfants n'ont jamais côtoyé la mort directement. Bien sûr, ils ont perdu chacun deux poissons (on n'est pas doués avec les Beta!). Bien sûr aussi, je leur ai beaucoup parlé de leur mamie, mais ni un ni l'autre n'a de souvenirs d'elle. Ils ne la connaissent que par photos et par ce que je leur raconte.
La mort a souvent été discutée, mais ça reste abstrait.

Cette semaine, ils y sont confrontés pour la première fois, conscients.
Le conjoint de ma belle-mère est décédé samedi dernier. Ils l'ont vu 4 ou 5 fois. Ils sont très proches de leur grand-maman par contre.

Leur réaction m'a, sur le coup, surprise. Mélina m'a dit qu'elle trouvait ça plate pour grand-maman. Elle se demandait si elle allait avoir un autre amoureux ou redevenir l'amoureuse de grand-papa. Je l'ai retrouvée, quelques minutes plus tard, à pleurer dans sa chambre. Elle m'a dit qu'elle pleurait parce qu'elle était fatiguée, je l'ai consolée sans insister. Je vois bien que ça la chicotte.
Raphaël m'a demandé, bien gentiment : "maman, est-ce que c'est grave si ça ne me dérange pas?".
Mon petit bonhomme plein de compassion qui réagissait froidement. J'ai été prise par surprise. Je lui ai dit que non, ce n'était pas grave, mais qu'il fallait penser à grand-maman qui elle avait beaucoup de peine. La discussion s'est arrêtée là.

Plusieurs fois dans la journée, je les ai trouvés, séparément ou ensemble, en train de jouer au malade, à l'hôpital, au mort. Leur façon à eux d'exorciser la chose, probablement.

Ils ont posé beaucoup de questions à grand-maman, lorsqu'on est allés la voir le lendemain. Tout particulièrement lorsque grand-maman leur a dit que son amoureux serait "là" le jour des funérailles. Comment on explique la disparition de l'âme, mais pas du corps, à des petits?

Les funérailles sont samedi. Je les préparerai du mieux que je peux. Je sais que ça ne les traumatisera pas, j'ai assisté à de nombreuses funérailles dans ma jeunesse. Mais ce sera certainement une journée pleine de questions.


2 commentaires:

Shorty a dit...

ma grande sera confronté à ça bientôt pour la première fois, le conjoint de ma mère, qui adore les enfants... ma fille l'aime beaucoup, on en a parlé, elle lui fait des dessins. D'ici quelques mois il sera parti, lui pense même avant noël. Elle a l'air de comprendre un peu ce qui se passe quand on lui explique, pas trop facile à cet âge de comprendre ce que c'est la mort...Je sais que ma grande artiste sensible sera à ramasser à la petite cuillère comme quand notre chat est décédé il y a plus d'un an. Cette fois ce sera une personne qu'elle aime.

Dysprapoule a dit...

Tu sais, mon grand-père et ma grand-mère sont décédés à quelques mois d'intervalle. J'étais très proche de ma grand-maman, les enfants l'ont donc connus bcp aussi et leurs façon "d'exorciser la mort" a aussi été de jouer à ça. Mon fils à pleurer de me voir pleurer. Arianne, de son côté, a semblé s'en foutre pas mal. Au salon, elle jouait et courait partout. Les gens qui pleuraient, elle semblait ne pas les voir. J'en parle souvent de ma Mamie et les enfants me posent encore des questions sur la mort qui est tellement mystérieuse. Hugo a même, depuis ce temps, peur que je meurs, il en parle presqu'à chaque semaine... Je sais que tu trouveras les mots de leur questionnement. Bon courage à vous 4 et je suis avec vous en pensée ; )