4 août 2006

Refaire sa femme...

Ma mère est décédée le 31 décembre dernier.
Mon père et elle étaient mariés depuis 40 ans, ça aurait fait 41 ans en mai...

Ma mère s'occupait de TOUT dans la maison..
À son décès, mon père ne savait même pas comment réchauffer une soupe (pas même au micro-ondes, voyez le portrait) ni se faire couler un café. Faire bouillir de l'eau était un terme mystérieux pour lui, tout autant que de faire cuire un steak était une mission impossible et douloureuse!

Je n'ai jamais été inquiète pour lui. Les restos l'ont fourni longtemps et je savais bien qu'il ne se laisserait pas mourir de faim.
Depuis quelques mois, il a apprivoisé l'épicerie, de façon logique. Lorsqu'il accompagnait ma mère, il profitait de moments d'inattention pour déposer des choses dans le panier, choses que ma mère finissait par reléguer au fond du garde-manger à son arrivée à la maison.
''mmmm... une canne avec des boules blanches... ça a l'air bon.. c'est des légumes... ??''
''chéri, c'est des coeurs de palmier et t'haïs ça''...
Ouin...

Mon père a donc repris possession de la cuisine, et il se débrouille. Je ne lui demanderai pas de se faire un gâteau, mais il sait se faire chauffer une soupe (et pas au micro-ondes, il l'a jeté, n'y voyant pas l'utilité !!)
Il sait même, apparemment, se faire cuire un steak. Sur celle-là, je dois croire sa parole, n'ayant jamais vu de boeuf cuit sous sa spatule!!

La solitude lui pèse... lourdement.
Ma mère était toujours (trop) là pour lui. C'était une présence physique, pour ses besoins quotidiens, mais aussi une présence morale, quelqu'un avec qui partager son air.

Mon père m'a admis "fréquenter" amicalement une autre femme.
Il aime ma mère de tout son coeur encore et pour toujours, le dit-il.. Mais, il cherche à combler une partie du vide.

Je suis troublée. Je comprends, mais...

Dans ma vie à moi, l'absence de ma maman crée un vide. Un vide qui ne peut être comblé, qui sera vide pour toujours. Personne ne peut prendre la place d'une mère, ça, on n'en aura tous qu'une seule. Je comprends par contre que pour mon père, l'absence de ma mère est plus envahissante au quotidien. Même si j'étais très proche de ma mère et qu'on se parlait tous les jours très longtemps, je réussis tout de même à faire une partie de mes journées sans sentir son absence omniprésente. Ce qui n'est sûrement pas le cas pour mon père.

Je suis troublée.. et triste.
Mais.. je ne peux pas juger et je le laisse libre de refaire sa vie, de se retrouver une compagne pour partager les jours qui passent. Tant mieux si tout cela réussit éventuellement à faire de lui quelqu'un de plus heureux, il est encore en santé et aura une raison de plus de vivre...
Je ne suis pas prête, et je lui ai dit.

Mon père, ça venait avec ma mère. Mon père maintenant, c'est seulement lui, tout seul, ma mère n'est plus derrière ou à ses côtés.
Je lui ai demandé de respecter mon rythme, s'il se liait avec une autre femme. Je ne suis pas prête à recevoir quelqu'un avec mon père. Mon père vient ici seul, et je vois toujours, comme une ombre, ma mère pas très loin.

Je sais qu'il n'aimera jamais personne autant qu'il a aimé et aimera toujours ma mère. Je ne suis juste pas prête à ouvrir ma vie et ma famille à quelqu'un d'autre.

Ma mère est enterrée, partie depuis déjà 7 mois.. 7 longs mois sans elle.. et pourtant, chaque fois que mon père vient nous visiter, j'entends des pas derrière lui. J'ai encore tendance à vérifier les escaliers lorsqu'il quitte, m'assurer que maman n'a pas besoin d'aide.. Je vois encore le sac et la sacoche de ma mère dans l'entrée, je sens sa présence, dans la chaise berçante, à essayer d'amadouer mes amours.

S'il existait seulement une façon de recevoir un signe.. savoir qu'elle est bien.. qu'elle est partie en paix... qu'elle m'aime encore et est encore pas très loin, pour moi.
Je donnerais très cher et sacrifierais bien des choses, pour ravoir du temps avec elle.
Y'a des rêves qu'on travaille fort pour réaliser... et d'autres, comme celui-là, qui ne sont pas possibles et qui font mal.

Sa voix me manque, sa chaleur, ses mains qui tremblent, son rire... sa façon bien à elle d'être ma maman à moi... juste à moi.. et sa façon de donner et de ne rien vouloir en retour, de se faire toute petite pour ne pas déranger...

Ma seule consolation, au moment de ma propre mort, sera l'espoir. L'espoir que peut-être que je la retrouverai, comme au jour de ma naissance, ayant l'impression de la rencontrer pour la première fois.
Je ne crois pas en Dieu, ni en la réincarnation, ni rien. Mais.. qui sait...
Qui sait si, le jour de notre mort, on n'arrive pas quelque part, en parfait étranger, avec tous ces gens, morts avant nous, qui sont aussi de parfaits étrangers. On y retrouverait tantes, oncles, cousins, parents, amis, grands-parents, voisins... sans savoir que ce sont eux...
Je suis certaine qu'une inconnue dans la foule attirerait mon regard.. et m'ouvrirait grand les bras.. je suis certaine que j'y retrouverais ma mère, même si je ne saurais jamais que c'est elle...
Ma place à moi est là... près d'elle.. je suis née près d'elle.. faut bien que ça se finisse comme ça a commencé..................

9 commentaires:

France a dit...

Moi je crois à la vie après la mort. J'ai tellement lu de livre là-dessus. Je le sais que tu vas retrouver ta mère après.

C'est sûre que ca ne doit pas être évident voir ton père avec une autre femme.

Ta mère doit veiller sur vous tous pour que tu entendes ses pas.

Vero a dit...

C'est très touchant ce que tu as écris! Je ressens la tristesse et la peine qui t'habite encore. Je suis sure que ta maman n'est pas vraiment loin et vielle sur vous!

Grosse colle ma belle!

tigrou a dit...

France et Vero: Merci!!! xx

Veronique a dit...

Ce que tu vis est normal Tigrou... Ma maman l'a vécu aussi quand sa mère est décédée... Mon grand-père s'est trouvé une amie... Ma mère ne l'a jamais accepté...

Je te comprends bien... Je ne verrais pas mon père (ou ma mère) avec une autre personne...

Gros bisous Tigrou...xxx

kiwi a dit...

Je trouve toujours ça déchirant te lire, quand tu parles de ta maman, de l'énorme vide qu'elle a laissé... Je te sais triste, mais je sais qu'au jour le jour, tu as tes bonheurs... et je voudrais bien te consoler, mais je ne connais pas la douleur que le départ de ta maman a laissé. Je ne connais pas ce vide. Je ne peux donc pas dire que je comprends... mais je t'écoute.

Je ne peux pas t'assurer que tu retrouveras ta mère un jour, mais c'est tellement réconfortant d'y croire...

Et pour ton papa... tu as bien fait de lui dire que tu n'étais pas prête. Je sais que ce n'est pas la même chose, mais quand mes parents se sont séparés, ça a pris du temps avant que j'accepte de les voir avec d'autres gens. C'est difficile. C'est une partie de nous, de notre enfance, de ce qu'on est, qui se défait.

Gros calin mon amie. xx

tigrou a dit...

Merci Veronique, je crois qu'on ne pense jamais à ça, nos parents avec quelqU'un d'autre, tant qu'on est pas forcés....

Kiwi, c'est un peu comme une séparation, dans le fond.. sauf que l'autre personne n'est plus là, mais le deuil de 'nos parents ensemble' se ressemble..... merci d'être là! xx

Sybella a dit...

Je pleure chaque fois que je te lis parler de ta maman. Je me projette dans le temps, lorsque ce sera la mienne qui me quittera. Et la simple pensée, la simple supposition me fait un mal profond.

Ta maman, elle est là, comme dans une autre dimension. Elle te vois et t'aime toujours du plus profond de son coeur, ça ne fait aucun doute. Je ne suis pas croyante non plus, mais je suis confiante. Confiante qu'après la mort il y a un endroit, comme tu le décris. Pas exactement la même vision, mais bien semblable. Ça fait un bien fou d'y penser. Je souhaite très fort que ce soit vrai.

Gros calin virtuel ma belle.

Trinity a dit...

Très beau texte.... ca me touche beaucoup!
J'te fait un gros calin vistuelle
-XXX-

Shatou a dit...

Allo tu écris très bien ça me touche beaucoup se que tu as écris.Je n'ai pas perdue ma mère biologique mais ma mère de coeur qui étais ma grand mere au moment de sa mort j'avais 16 ans j'ai voulu mourrir aussi s'étais la seule en qui j'avais confiance s'étais le centre de ma vie.Mon grand père a eu une une autre femme dans sa vie mais pas vraiment sérieux mais pour moi elle n'a jamais été la blonde de mon grand pere t s'étais seulement sa maitresse il est aussi décedé voila peu de temps et il était pret a aller rejoindre sa Lili elle lui manquait.Je crois a une vie après la mort elle est toujours là la douleur est moin intense mais elle me manque toujours au bout de 16 ans des signes j'en ai eue il faut être à l'écoute tous simplement.Bonne soirée
Shatou
xxx